Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des permis pour les étrangers ( 2 )
Des permis pour les étrangers ( 2 )

Bien avant que l'Union européenne fût, j'étais déjà un européen convaincu. Tout jeune, mon rêve était d'aller vivre quelques années dans un pays, le temps de me familiariser avec la langue et la culture, puis de renouveler l'expérience ailleurs. Bien sûr, j'étais naïf et n'avais aucune idée des difficultés administratives qui m'attendraient dès le premier pays.

À vingt-cinq ans, j'ai donc quitté la France pour la Suède. Pourquoi ce pays ? J'avais d'abord pensé aller en Angleterre puisque que je parle anglais. Mais un jour d'été, j'avais revu à Paris, un de mes amis, artiste peintre, qui avait su me convaincre que la Suède était le pays idéal pour qui voulait comme moi abandonner la vie trépidante de la capitale et se mettre au calme pour écrire. Lui-même avait été dans ma situation et avait décidé un jour de suivre dans son pays une jolie Suédoise rencontrée en France pour se consacrer entièrement à son art.

Je suis arrivé en Suède fin novembre. Trois mois plus tard, en février, j'ai dû faire une demande de permis de séjour car je ne pouvais plus rester en tant que touriste. À mon arrivée en Suède, je travaillais comme lecteur-correcteur pour deux maisons d'édition françaises, dont l'une me donnait du travail tous les mois, et je n'avais donc pas besoin de chercher un permis de travail. 

Ma première tentative s'était heurtée à un refus catégorique de l'administration car j'avais enfreint une règle immuable : ne jamais faire sa demande à partir du pays où l'on veut résider. Au bout de quelques mois, on me pria donc d'aller renouveler ma démarche ailleurs. Entre-temps, l'éditeur qui me fournissait du travail régulièrement avait déposé son bilan et ma situation se compliquait puisqu'il me fallait désormais chercher un permis de travail au lieu d'un permis de séjour. J'avais bien un employeur en vue mais il ne pouvait m'embaucher sans le fameux permis (voir à ce sujet mon billet Des permis de séjour et de travail).

Pour contourner la difficulté,  ma copine suédoise de l'époque et moi envisagions de nous marier car je n'avais plus besoin en ce cas d'un permis de travail et le permis de séjour me serait accordé automatiquement. Mais ma copine était encore étudiante, elle vivait chez ses parents et ceux-ci étaient plutôt réticents à l'idée de ce mariage. Du coup, nous avons décidé que tous ensemble, mais chacun de notre côté, nous écririons à l'administration suédoise pour attester que ma copine et moi allions nous fiancer et que nous comptions nous marier une fois ses études terminées. Je suis donc rentré en France pour chercher un permis de travail, avec à l'appui de ma demande une lettre de mon potentiel employeur et une attestation de sentiments de la part de ma copine et de ses parents. :)

Après une attente assez longue, j'ai pu retourner en Suède muni d'un permis de travail valable trois mois. Au bout de ce temps, j'ai dû demander son renouvellement pour une durée de six mois. J'ai alors été convoqué par la police pour un interrogatoire. J'étais confiant et je pensais que ne ce serait qu'une routine puisque j'exerçais déjà un travail en Suède. Mais je me trompais. La préposée qui m'a interrogé tenait surtout à savoir si, oui ou non, j'étais encore avec ma copine. Un peu embarrassé car, ce n'était plus tout à fait le cas, j'ai expliqué à la fonctionnaire de police que nous nous étions disputés par rapport à ses parents mais que notre brouille n'était que passagère. Peine perdue, la fonctionnaire n'admettait pour seule réponse qu'un oui ou un non. J'ai donc dû répondre par la négative.

C'était bien pourtant comme je l'avais dit. Quelques jours plus tard, ma copine et moi étions réconciliés. Du coup, j'ai écrit au service central de l'immigration, à Stockholm, pour signaler que l'employée de police chargée de m'interroger ne m'avait pas permis d'expliquer ma situation comme je voulais et que celle consignée dans son rapport ne correspondait pas à la réalité. Résultat : la police a téléphoné aux parents de ma copine pour s'informer de ce qu'il en était. Et, bien qu'ils savaient que c'était faux, ceux-ci ont répondu que tout était fini entre leur fille et moi.

En fait, ils ne faisaient qu'anticiper la situation qu'ils voulaient provoquer. Quelques semaines plus tard, ma copine me téléphonait pour m'apprendre qu'elle aussi était convoquée par la police. Mais comme elle ne voulait pas faire passer ses parents pour des menteurs, elle m'avertit qu'elle ne pourrait pas dire autrement qu'eux. Mentir pour ne pas faire mentir ! Je ne comprenais pas bien la logique ! Plutôt que d'en discuter au téléphone, je lui avais demandé de venir me voir. Mais impossible, il y avait Dallas à la télévision !

Notre histoire s'est donc arrêtée là, sur je ne sais quel épisode de la fameuse série télévisée, et, comme je pouvais m'y attendre, ma demande d'un permis de travail pour six mois fut refusée. Dans mon prochain billet, je vous raconterai la suite de l'histoire .

 

 

 

Tag(s) : #De l'administration
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :